Les appellations

Le vignoble de Montlouis sur Loire

Localisation : L’aire d’appellation est située en amont de Tours, sur l’interfleuve de la Loire et du Cher, au point de rencontre des deux vallées, sur un promontoire incliné Sud-Est. Elle se répartit sur 3 communes.
Superficie : 350 ha.
Histoire : Pendant des siècles, le blanc de Pineau produit des deux côtés de la Loire, à Montlouis et Vouvray, s’appelait « vin de Vouvray ». Ce n’est qu’à la création des Appellations d’Origine que Montlouis, conscient de son originalité, prit son indépendance et devint une appellation communale.
Sols : Au sommet du promontoire le sol est composé d’argiles surmontés de sables soufflés depuis la Loire et le Cher et d’éléments grossiers de silex et de craie. Le tuffeau (craie du Turonien) reste toujours à portée de racines.
Climat : Bordé de limites géographiques naturelles (Loire au Nord, Cher au Sud et massif forestier d’Amboise à l’Est), Montlouis-sur-Loire jouit de conditions climatiques particulièrement douces : les influences de l’océan pénètrent par les deux vallées largement ouvertes, ce qui favorise la surmaturation des raisins et produit des vins blancs secs de haute maturité. L’obtention de vins demi-secs ou de vins liquoreux dépend de la variabilité climatique : l’effet millésime est déterminant.


Le vignoble de Vouvray

Localisation :
L’aire d’appellation s'ouvre aux limites Est de l'agglomération tourangelle et s'étend sur 7 communes de la rive droite de la Loire et en bordure de son affluent, la Brenne.
Superficie : 2000 ha.
Sols : Le vignoble couvre les coteaux pierreux sur substrat de tuffeau (craie blanche du Turonien) entrecoupés de vallées confluentes et recouvretes de "perruche" (argiles à silex qui donnent le caractére minéral) et "d'aubuis" (argilo-calcaire qui font la puissance des liquoreux).
Climat : En bordure de vallées confluentes, les sols se rechauffent rapidement sous l'influence océanique, faiblissante à ce niveau de la Loire qui pénètre jusqu'au coeur du vignoble. Des automnes ensoleillés favorisent la sur-maturité voire la pourriture noble. L'obtention de vins demi-secs, moelleux ou liquoreux dépend de la variabilité climatique : l'effet millésime est déterminant.